martes, 8 de mayo de 2007

La nueva vieja Francia

Este fin de semana semana tuvo lugar en Francia el segundo turno de las elecciones presidenciales, como se preveía, fue Nikolas Sarkozy, el actual ministro del interior quién ganó las elecciones frente a la socialista Segolen Royal.

La victoria de Sarkozy era previsible, pero eso no la hace justa ni merecida. Este "señor" ha manipulado los medios como sólo los gobiernos de Bush y Aznar habían hecho antes. Ha insultado a parte de sus ciudadanos llamándolos racaille, gentuza, sólo porque ser los desheredados de un sistema político-económico injusto y discriminatorio del que él es el máximo exponente; ha abusado de su poder sin ningún miramiento; ha convertido a Francia ya antes de ser presidente en un estado policial donde los "agentes del orden" con frecuencia se creen que tienen todos los derechos y ninguna obligación de rendir cuentas o respetar la ley.

Como español venido a vivir a Francia hace 3 años, yo esperaba encontrar el país progresista y moderno al que los españoles hemos admirado tradicionalmente como fuente de cultura, modernismo y tolerancia. Mi sorpresa fue mayúscula al encontrarme un país que se parece más a la España de hace 30 años que a otra cosa, con la diferencia de que la España de entonces tenía ansias de cambio, de libertad y de tolerancia. La Francia que yo me encontré era y es una Francia anclada en el pasado, que no sólo no acepta que ya no es el centro del mundo sino que se niega a adaptarse al siglo XIX.

En futuros mensajes me explayaré más en los porqués de las aseveraciones que hago. Mientras tanto os dejo una canción escrita en 1975, año de la muerte de Franco que por desgracia, describe perfectamente la Francia de hoy, y explica que presidentes demagogos y totalitarios puedan salir elegidos en el país en el que nacieron los derechos humanos. Antes, solo me queda puntualizar que no estoy 100% de acuerdo con la canción, en particular con la última linea sobre los "50 millones de pretendientes", ya que afortunadamente si queda, aunque cada vez menos, gente que lucha por TODOS los principios republicanos, y no por una bandera y una idea caduca de identidad nacional.


Renaud - Hexagone

Ils s'embrassent au mois de Janvier,
car une nouvelle année commence,
mais depuis des éternités
l'a pas tell'ment changé la France.
Passent les jours et les semaines,
y a qu'le décor qui évolue,
la mentalité est la même :
tous des tocards, tous des faux culs.

Ils sont pas lourds, en février,
à se souvenir de Charonne,
des matraqueurs assermentés
qui fignolèrent leur besogne,
la France est un pays de flics,
à tous les coins d'rue y'en a 100,
pour faire règner l'ordre public
ils assassinent impunément.

Quand on exécute au mois d'mars,
de l'autr' côté des Pyrénées,
un arnachiste du Pays basque,
pour lui apprendre à s'révolter,
ils crient, ils pleurent et ils s'indignent
de cette immonde mise à mort,
mais ils oublient qu'la guillotine
chez nous aussi fonctionne encore.

Etre né sous l'signe de l'hexagone,
c'est pas c'qu'on fait d'mieux en c'moment,
et le roi des cons, sur son trône,
j'parierai pas qu'il est all'mand.

On leur a dit, au mois d'avril,
à la télé, dans les journaux,
de pas se découvrir d'un fil,
que l'printemps c'était pour bientôt,
les vieux principes du seizième siècle,
et les vieilles traditions débiles,
ils les appliquent tous à la lettre,
y m'font pitié ces imbéciles.

Ils se souviennent, au mois de mai,
d'un sang qui coula rouge et noir,
d'une révolution manquée
qui faillit renverser l'Histoire,
j'me souviens surtout d'ces moutons,
effrayés par la Liberté,
s'en allant voter par millions
pour l'ordre et la sécurité.

Ils commémorent au mois de juin
un débarquement d'Normandie,
ils pensent au brave soldat ricain
qu'est v'nu se faire tuer loin d'chez lui,
ils oublient qu'à l'abri des bombes,
les Francais criaient "Vive Pétain",
qu'ils étaient bien planqués à Londres,
qu'y avait pas beaucoup d'Jean Moulin.

Etre né sous l'signe de l'hexagone,
c'est pas la gloire, en vérité,
et le roi des cons, sur son trône,
me dites pas qu'il est portugais.

Ils font la fête au mois d'juillet,
en souv'nir d'une révolution,
qui n'a jamais éliminé
la misère et l'exploitation,
ils s'abreuvent de bals populaires,
d'feux d'artifice et de flonflons,
ils pensent oublier dans la bière
qu'ils sont gourvernés comme des pions.

Au mois d'août c'est la liberté,
après une longue année d'usine,
ils crient : "Vive les congés payés",
ils oublient un peu la machine,
en Espagne, en Grèce ou en France,
ils vont polluer toutes les plages,
et par leur unique présence,
abîmer tous les paysages.

Lorsqu'en septembre on assassine,
un peuple et une liberté,
au cœur de l'Amérique latine,
ils sont pas nombreux à gueuler,
un ambassadeur se ramène,
bras ouverts il est accueilli,
le fascisme c'est la gangrène
à Santiago comme à Paris.

Etre né sous l'signe de l'hexagone,
c'est vraiment pas une sinécure,
et le roi des cons, sur son trône,
il est français, ça j'en suis sûr.

Finies les vendanges en octobre,
le raisin fermente en tonneaux,
ils sont très fiers de leurs vignobles,
leurs "Côtes-du-Rhône" et leurs "Bordeaux",
ils exportent le sang de la terre
un peu partout à l'étranger,
leur pinard et leur camenbert
c'est leur seule gloire à ces tarrés.

En Novembre, au salon d'l'auto,
ils vont admirer par milliers
l'dernier modèle de chez Peugeot,
qu'ils pourront jamais se payer,
la bagnole, la télé, l'tiercé,
c'est l'opium du peuple de France,
lui supprimer c'est le tuer,
c'est une drogue à accoutumance.

En décembre c'est l'apothéose,
la grande bouffe et les p'tits cadeaux,
ils sont toujours aussi moroses,
mais y a d'la joie dans les ghettos,
la Terre peut s'arrêter d'tourner,
ils rat'ront pas leur réveillon;
moi j'voudrais tous les voir crever,
étouffés de dinde aux marrons.

Etre né sous l'signe de l'hexagone,
on peut pas dire qu'ca soit bandant
si l'roi des cons perdait son trône,
y aurait 50 millions de prétendants.



Una versión "karaoke" por si te apetece aprenderte la canción.

2 comentarios:

Eduardo dijo...

Hola, de nuevo me parece muy importante que expongas tus criterios al mundo, ya que gente como yo, de Costa Rica (Centroamérica), no sabemos nada de esto creemos que Francia es un país que vive en completa estabilidad política...
Es de mi desagrado que los cibernautas en genral no apoyen blogs como los tuyos, esto lo sé porque el mío no es bien acogido. Te insto a que sigas publicando en este blog y de antemano te vuelvo a felicitar.
Mi dirección de correo es: erodrigufer@gmail.com

Anónimo dijo...

besoin de verifier:)